CHANG Chia-yu

CHANG Chia-yu
  • CHANG Chia-yu
  • EURECOM -
  • Chia-Yu.Chang@eurecom.fr

Thesis

Cloudification et découpage des réseaux d'accès radio de cinquième génération

« Cloudification et découpage des réseaux d'accès radio de cinquième génération»

 

Au cours des dernières décennies, les réseaux sans fils 2G, 3G et 4G ont connu une progression du réseau sans _l mobile. Néanmoins, la croissance continue des statistiques de réseau exige

un technologique en constante évolution. Par exemple, selon les prévisions de Cisco dans [1], le tra_c global de données mobiles atteindra 49 exa octets par mois d'ici 2021, soit sept fois plus

qu'en 2016 en raison de la montée en puissance des smartphones et de la croissance constante de la connexion machines-_a-machines (M2M). Par conséquent, une question naturelle surgit

dans nos esprits : que sera la 5G? Pour répondre à cette question, les capacités 5G requises fournies par l'UIT-R sont représentées dans la figure A.1 ainsi que la vision IMT-2020 [2],

en demandant des améliorations significatives dans le système 3G (IMT-2000) et 4G (IMTAdvanced). Cette large variété de capacités est fortement couplée aux scénarios d'utilisation

et aux applications de la 5G. En pratique, il existe trois scénarios d'utilisation clés connues à ce jour [3, 4]: (a) réseau mobile à haut débit améliorée (en anglais enhanced mobile broadband,

eMBB), (b) une communication ultra _able et en faible latence (en anglais ultra-reliable lowlatency communication, uRLLC) et (c) communication massive de machines-_a-machines (en

anglais massive machine type communication, mMTC). Tout d'abord, le scénario eMBB exige une plus grande importance parmi les huit capacités mises en évidence comme montrer dans la figure A.1. Cependant, toutes les métriques n'ont pas la même importance simultanément dans tous les cas d'usage. Par exemple, un taux de transfert de données utilisateurs plus élevé avec une mobilité du type piétons représente les zones des hot-spots, comparé _a une zone de couverture plus large telle que les régions rurales. Comme pour le scénario uRLLC, la latence est de la plus haute importance pour permettre aux applications (quasi-) temps-réels, telles que les systèmes de transport intelligents, les réseaux industriels intelligents, et réseau tactiles commande à distance. De même, une telle capacité est requise même dans un cas de forte mobilité, par exemple jusqu'_a 500 km/h, tandis que les débits de données sont comparativement moins importants. Enfin, le scénario mMTC prévoit une densité de connexion massive pour prendre en charge un nombre considérable de capteurs susceptibles de transmettre occasionnellement un débit relativement faible et élastique en latence avec ou sans mobilité. En même temps, l'efficacité énergétique du réseau est essentielle pour le scénario mMTC afin de permettre les déploiements à grande échelle de capteurs très peu couteux avec une longue durée de vie opérationnelle.