Ecole d'ingénieur et centre de recherche en télécommunications
Date: 
11-01-2012

En analysant la forme d’une personne repérée par le boîtier Kinect, un algorithme mis au point par Eurecom, une école d’ingénieurs française peut estimer son poids. Les applications potentielles sont nombreuses, l’inventeur du Kinect lui-même s’intéresse à cette innovation. Futura-Sciences est allé à la rencontre de ces chercheurs dans leur laboratoire.
On peut estimer le poids d’une personne à vue d’oeil, mais seulement approximativement. Sorti des classiques « mince », « gros » ou « moyen», il est souvent bien hasardeux d’avancer un chiffre. C’est pourtant ce qu’est parvenu à relever une équipe de chercheurs d’Eurecom, l’école d’ingénieurs et centre de recherche en système de communication basée à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). Leur algorithme analyse plusieurs paramètres visuels pris sur un corps humain afin d’en évaluer le poids. Les chercheurs ont eu l’idée de se servir du capteur Kinect de Microsoft comme outil de prise de mesure. Lorsqu’une personne se met en face du dispositif, il prend plusieurs points de repère pour déterminer son genre (masculin ou féminin), sa taille et son poids. Si le concept est encore à l’état brut, il  offre déjà de nombreuses perspectives de débouchés dans la santé, les jeux vidéo, l’habillement ou encore la sécurité.
Mais ce qui a valu un gros « buzz » à cette innovation, c’est la possibilité de s’en servir pour estimer le poids des astronautes. Une application qui sera présentée en fin  de semaine à Las Vegas dans le cadre d’une conférence organisée par l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers). « Notre groupe est spécialisé dans le traitement de l’image liée à la sécurité comme la biométrie et la reconnaissance faciale. Mais nos travaux ont souvent débouché sur des applications parallèles auxquelles nous n’avions pas songé de prime abord », nous a expliqué Jean-Luc Dugelay, responsable du groupe Image du département Communication multimédia
d’Eurecom. Considéré comme l’une des références mondiales en matière d’imagerie biométrique (distingué de la médaille Blondel en 2010), c’est lui qui a codéveloppé l’algorithme d’évaluation du poids avec son étudiant thésard Carmelo Velardo.

Extrait de www.futura-sciences.com